vendredi 25 juin 2010

Les films des expéditions Vanikoro bientôt rediffusées sur France 5

SAMEDI 17 JUILLET 21.30
DIMANCHE 25 JUILLET 14.40
DANS LE SILLAGE DE MONSIEUR DE LA PÉROUSE
LE MYSTÈRE DE VANIKORO
Série documentaire

Différentes missions de recherches ont été menées pour éclaircir le mystère de la disparition de La Pérouse et de ses 220 marins et scientifiques, naufragés dans les îles Salomon.
© G. Mermet
Quatre films retracent l’aventure et le destin tragique de l’expédition du navigateur français La Pérouse, en suivant les différentes opérations scientifiques contemporaines menées par des archéologues passionnés. Ce premier volet a été réalisé lors de la campagne de 1999.

Retour sur le mystère de l’expédition initiée par Louis XVI en 1784, sous le commandement de l’officier La Pérouse. Elle visait à poursuivre la cartographie de la planète, établir d’autres comptoirs, ouvrir de nouvelles routes maritimes, enrichir les connaissances scientifiques françaises, afin de rivaliser avec le légendaire capitaine Cook. En 1788, L’Astrolabe et La Boussole disparaissaient, après leur départ d’Australie, dans le Pacifique Sud. Le premier navire est localisé en 1827 par Peter Dillon, à 2 000 kilomètres au nord de la Nouvelle-Calédonie, au large de l’île de Vanikoro, tandis que l’autre est détecté en 1964 par l’amiral Brossard dans une faille de la barrière de récifs.
Le film suit une des expéditions de l’Association Salomon sur les lieux du naufrage. Là, le passé se mêle au présent et les deux aventures, celle de l’expédition menée il y a deux siècles et celle de ces archéologues, se conjuguent. Voilà vingt ans qu’ils cherchent à comprendre ce qui s’est passé. De nombreux documents, comme le journal de bord de La Pérouse et cinq cartes, permettent de comprendre ce voyage ambitieux. L’équipe remonte des fragments du bateau, des pots, des boucles de ceinture et d’autres détails infimes, dernières traces de cette odyssée. Les recherches les conduisent enfin sur l’île où se seraient installés d’éventuels survivants.
Valentine Ponsy
LES PROCHAINS RENDEZ-VOUS
• Portés disparus (samedi 24 juillet)
En 2003, des plongeurs remontent les restes du squelette presque complet d’un Européen. Une formidable enquête policière démarre alors pour tenter de déterminer quelle peut être son identité.
• Le Secret des déferlantes (samedi 31 juillet)
L’année 2005 voit la consécration de toutes ces recherches, avec l’identification formelle des deux épaves. Ces navires sont bien ceux du capitaine La Pérouse.
• Au-delà d’un naufrage… (samedi 7 août)
En 2008, une nouvelle campagne de fouilles est lancée. Les enjeux de cette dernière expédition ? Tenter par tous les moyens de trouver le moindre indice et la moindre trace prouvant le passage des Français dans l’île.
SÉRIE DOCUMENTAIRE
DURÉE 4 X 52’
AUTEUR-RÉALISATEUR YVES BOURGEOIS
PRODUCTION FRANCE TÉLÉVISIONS / ATOM / PRODOM / IRD
ANNÉE 2001

lundi 21 juin 2010

Alex François: Un linguiste à Vanikoro



L’enquête sur le souvenir du naufrage

Le Linguiste Alex François a consacré sur son site personnel une large partie à son enquête lors de son séjour sur le site de Vanikoro où se sont échoués les navires de Lapérouse: on y trouvera de nombreuses informations utiles, pdf, photos. A voir donc absolument pour tous ceux que la version universitaire des fouilles interesse.
--------

(extrait du site)
Qu'ai-je découvert à Vanikoro? Comment s'est déroulée mon enquête sur la tradition orale?
Si vous voulez le savoir, vous pouvez lire le chapitre que j'ai rédigé dans le bel ouvrage publié par l'Association Salomon:

dimanche 13 juin 2010

Albi. D'une expédition à l'autre...

article en version intégrale publié le 12.06.10

Musée Lapérouse

M Colombier devant quelques uns des clichés de l'exposition./ 
Photo DDM.
M Colombier devant quelques uns des clichés de l'exposition./ Photo DDM.
Hier soir avait lieu au musée Lapérouse le vernissage de l'exposition photo retraçant le parcours de l'expédition Tara Arctic. Cette aventure, menée dans le cadre de l'année polaire internationale et du programme européen Damoclès avait vu, entre septembre 2006 et janvier 2008, huit scientifiques traverser le pôle nord dans un voilier. Pris par les glaces, ils se sont laissés dériver pour mener à bien leurs recherches sur la biodiversité polaire. Ils ont notamment montré une diminution de l'épaisseur de la banquise, après avoir examiné les glaces, les eaux de mer et les caractéristiques atmosphériques des lieux.
«C'était une aventure à la fois scientifique et humaine, un peu comme a pu l'être celle de Lapérouse », précise le secrétaire de l'association Lapérouse Albi France, M Henry Colombié. Cette exposition, prêtée par le musée de la mer de Biarritz sera visible jusqu'au 19 septembre. Dix-huit clichés se succèdent, révélant les conditions extrêmes dans lesquelles se sont déroulées les recherches.
«Les températures pouvaient descendre jusqu'à -40°C» explique M Colombié. Les photos d'aurores boréales côtoient les vestiges retrouvés à proximité des épaves de l'expédition commandée par le marin albigeois.
Les visiteurs ont pu apprécier la présence de M Bourget, médecin de l'expédition, venu spécialement pour l'événement et qui a eu à cœur de répondre aux questions des curieux.
A noter que le voilier qui a accompagné les chercheurs en Arctique mouille en ce moment même au large de l'océan Indien, dans le cadre d'un voyage scientifique autour du monde, Tara Océans, empruntant à quelques nuances près le chemin d'un certain... Lapérouse.
Entrée: 3€; horaires d'ouverture du musée Lapérouse: 9h/12h, 14h/18h (19h le week-end), fermé le lundi.