samedi 11 juin 2011

L'inconnu de Vanikoro » reposera au château

vendredi 10 juin 2011

Son squelette avait été découvert en 2003 sur les lieux du naufrage de l'expédition La Pérouse.

Il était parti de Brest, il y revient. Un peu plus deux siècles après le départ de l'expédition La Pérouse, « l'inconnu de Vanikoro » va être inhumé dans l'enceinte du château de Brest. Une cérémonie doit avoir lieu le 29 juin prochain pour saluer ce retour symbolique. C'est ce que l'on a appris hier à l'occasion d'une visite à Brest du ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand.« Ce retour à Brest constituera un hommage à La Pérouse et à l'ensemble des marins et des scientifiques qui l'accompagnaient », a souligné Hervé Bédri, le « Monsieur patrimoine » de la Marine nationale, devant le ministre.
Le squelette a été retrouvé en 2003 lors de fouilles archéologiques à proximité de l'épave de la Boussole, l'un des deux navires de l'expédition commandée par Jean-François de La Pérouse. Partie de Brest le 1er août 1785 avec 220 hommes, celle-ci a fait naufrage corps et biens trois ans plus tard sur les récifs de Vanikoro, dans le Pacifique.
Âgé d'une trentaine d'années
L'analyse des ossements a confirmé qu'il s'agit d'un Européen de 1,68 m, âgé d'une trentaine d'années. L'identité de cet homme n'a pas pu être déterminée avec certitude. Mais plusieurs indices portent à penser qu'il ne s'agissait pas d'un simple marin (les boucles de chaussures retrouvées à proximité, une corpulence plutôt gracile, etc.) mais plutôt d'un officier ou d'un savant de l'expédition.
« L'inconnu de Vanikoro » reposera sous une pierre tombale qui mariera la pierre noire de Kersanton et la pierre jaune de Logonna. Elle comportera une grande rose des vents. Le cercueil contiendra du sable de Vanikoro et des perles de verroterie que transportait la Boussole. Ce sable et ces perles ont été confiés par Alain Conan, de l'association Salomon, la cheville ouvrière des fouilles archéologiques sur le site de Vanikoro.
Le monument funéraire se situera dans le périmètre de la préfecture maritime. Mais il sera parfaitement visible des visiteurs du musée de la Marine. À proximité, un panneau d'information racontera l'histoire de l'expédition La Pérouse. Il rappellera les noms de l'ensemble des participants à ce voyage sans retour.
L'historien Alain Boulaire est à l'origine du projet de rapatriement du squelette à Brest. Il a travaillé pendant cinq ans pour le faire aboutir. Il souligne l'implication de la Marine nationale et de la ville de Brest. « Nous avons eu notre première réunion au mois d'octobre 2010. C'est allé très vite. »
Le 29 juin, la boucle sera donc bouclée pour « l'inconnu de Vanikoro ». « Ce ne sera pas un enterrement mais l'inauguration d'un monument, précise Alain Boulaire. Il rappellera les grandes expéditions maritimes qui sont parties de Brest et l'engagement des hommes qui y ont participé. »
Olivier MÉLENNEC.

lundi 11 avril 2011

Vanikoro: scenario de BD

Laperouse et Vanikoro composent le cadre d'un scénario de BD..

extrait intégral du site www.sceneario.com

--------

HAUTEVILLE HOUSE

Tome 7 - Expédition Vanikoro

[HAUTEVILLE HOUSE]

Fiche technique


Dessinateur : Thierry GIOUX
Scénaristes: Christophe QUET / Fred DUVAL
Coloriste : Carole BEAU
Édition :
DELCOURT
Genres : Aventure / Uchronie
Collectio: Série B

Sortie : Avril 2011

© DUVAL / GIOUX / BEAU / QUET / DELCOURT
ISBN : 9782756015798

Voir une planche

Résumé

Une course contre la montre s’est engagée entre l’USS Kearsarge, à bord duquel se trouvent Gavroche et Zelda, et l’Alabama, allié au Diable de Tasmanie. Tous tentent de rejoindre au plus vite l’épave de la Boussole, qui gît à une dizaine de mètres de fond, près d’une île de l’archipel des Iles Salomon. L’occasion, enfin, de mettre la main sur la croix de La Pérouse.

Mais les protagonistes vont découvrir, sous l’eau, une étrange cité sous-marine qui recèle bien des dangers.

Avis de Sceneario.com

(10 Avril 2011)
Duval conte toujours avec autant de fougue les aventures des républicains face aux hommes de Napoléon III, dans une ambiance fantastique indéniable. L’auteur invente nombre d’engins que n’aurait pas renié le contemporain Jules Verne. Il lui rend d’ailleurs régulièrement hommage à travers cette bande dessinée, véritable livre d’aventure. Comment, d’ailleurs, ne pas penser à 20 000 lieues sous les mers en lisant cet album ? Tout y est : la forme du sous-marin, les créatures fantastiques...

Nous retrouvons plusieurs personnages ayant vraiment existé et les clins d’oeil sont ainsi nombreux à l’histoire du Second Empire. Outre Victor Hugo, nous croisons le célèbre photographe Nadar, qui a soudain envie de jouer les Yann Arthus-Bertrand.

Cet album s’avère efficace et dépaysant. Si l’on excepte la violence entre nos protagonistes, les îles dessinées ici sont un véritable appel au voyage, titillant nos rêves de sable fin. Le graphisme, il est vrai, est toujours aussi réussi. Les dessins sont très travaillés et la mise en couleur est un régal pour des yeux qui n’en demandaient pas tant. Quant au découpage, il contribue à donner au récit son rythme dynamique. Impossible de s’ennuyer, l’action est permanente. Elle nous fait ainsi oublier que l’intrigue, elle, avance finalement à pas lents. Il faudra attendre encore au moins le huitième tome pour connaître la conclusion de la quête.

Cela ne doit toutefois pas être un problème. Si vous avez aimé les précédents albums, vous serez ravi de retrouver les aventures de Gavroche et vous poursuivrez avec plaisir le voyage.

samedi 2 avril 2011

CONCOURS *** Je souhaite collecter un maximum d'iconographie ***

 *** Je souhaite collecter un maximum d'iconographie sur Lapérouse: portraits, sculptures.. - le must serait naturellement un portrait de Lapérouse établi "de son vivant" ! ??